CULTURE

par horamagazine

Rencontre avec une POÉTESSE

Pour ce mois d’Avril HORA mag a réalisé un autoportrait sur une poétesse reconnue, ¬romancière et féministe. Spécialiste de littérature arabe, et elle enseigne au Canada

Mme Iman Mersal 

–Poétesse et Romancière 

Don voici sa biographie 

Elle est née en novembre 1966 à Mit 'Adlan, dans le Nord-Est du Delta, et le Gouvernorat de Dakhleya. 

Elle perd sa mère lorsqu'elle a huit ans. Ses premiers poèmes sont publiés dans des revues de poésie locales alors qu'elle est à l'école secondaire Elle mène des études supérieures à l'Université de Mansoura, où elle obtient une licence en arabe. Puis elle poursuit ses études, jusqu'au Doctorat, à l'Université du Caire. Elle se lie avec d'autres poètes qui constituent vers 1994 

Le groupe littéraire Al-Garrâd (Les Sauterelles). Elle co-fonde une revue féministe, Bint al-Ard (Fille de la Terre), qu'elle co-dirige de 1986 à 1992. En compagnie de son mari, un ethnomusicologue, Michael Frishkopf, qu'elle vient d'épouser, elle quitte l'Égypte en 1998 et gagne Boston, puis Edmonton, en Alberta en 1999, avec sa famille. 

Elle y est Professeur associé de littérature arabe et du Moyen-Orient et d'Études Africaines à l'Université de l'Alberta Elle vit à Edmonton, au Canada, avec son mari, et leurs deux fils.

Son travail a fait l'objet de plusieurs recueils et certaines œuvres ont également été publiées dans des revues telles que Blackbird, The American Poetry Review, Parnassus, et Paris Review 

Sa poésie, moderne, dépouillée, s'exprime en vers non rimés, et est marquée par une distance ironique, une autodérision, une méfiance des grandes causes, et le souvenir tendre de sa famille et de son enfance dans le delta du Nil.

Ces poèmes ont fait l'objet de traductions en plusieurs langues, dont l'anglais, le français, l'allemand, l'espagnol, le néerlandais, le macédonien, le hindi et l'italien. These are not oranges, my love, est une sélection de d'œuvres traduites en anglais par Khaled Mattawa, et publiées par Sheep Meadow Press, à New York, en 2008. Une anthologie en français, Des choses m’ont échappé, a également été publié par Actes Sud en 2018

Un de ses poèmes a été inclus en 2014 dans une anthologie intitulée Fifty Greatest Love Poems 

Un autre (Solitude Exercises) conclut une anthologie chronologique, de poésie en langue arabe, Arabic Poems, mettant en exergue 38 poètes, de Imrou'l Qays à Mahmoud Darwish, et couvrant 15 siècles.

Iman Mersal c’est intéressé a Enayat Zayyat  « Pourquoi Enayat Zayyat a-t-elle été marginalisée ? » C’est la question qu’explore la romancière, qui, après avoir découvert le premier livre d’une jeune femme qui s’est suicidée dans les années 1960

La traduction française de son livre, Sur les traces d’Enayat Zayyat. 

Sur des questions qui lui ont était posées lors de ca rencontre à Paris 

Comment est né en vous le désir de partir à la recherche de cette jeune femme morte effacée des mémoires ?

Iman Mersal / J’ai eu tout de suite envie de savoir qui était Enayat Zayyat quand j’ai lu son livre. J’ai voulu savoir pourquoi son roman était tombé dans l’oubli. Après 2011, je me suis posé des questions sur la mémoire et j’ai commencé à me demander pourquoi on ne se souvenait plus d’elle.

Sur les traces d’Enayat Zayyat défie plusieurs genres littéraires définis comme la biographie, l’enquête crypto-policière, l’étude de personnalité, l’insertion du sujet féminin évoqué dans un contexte historique précis, etc. Avec, en plus, semble-t-il, une mise en doute des pouvoirs de la narratrice sensible que vous êtes…


Iman Mersal  /Il est en effet, dans le livre, tous ces aspects. La réponse, en fait, est dans le titre : Sur les traces d’Enayat Zayyat. Sur les traces, cela signifie que je vais décrire mon itinéraire de recherche sur elle, parlé d’elle à travers ma démarche, qui consiste à aller vers elle. L’écrivain adapte ses moyens à son objet d’étude ou de recherche. La forme et la langue du livre se sont imposées à moi du fait du sujet.

Peut-on dire qu’Enayat Zayyat vous est comme une sœur lointaine ?

Iman Mersal  / Il s’agirait plutôt d’une mère, étant donné sa date de naissance. J’ai voulu être neutre. Je voulais connaître sa vérité sans m’encombrer d’un sentiment de filiation ou de maternité. Il y a parfois des croisements entre nos deux itinéraires, notamment quand je pensais à elle, toute jeune fille, à l’école allemande et moi au même âge. Qui dit croisement dit aussi divergences.

Que raconte l’Amour et le Silence, l’unique roman d’Enayat Zayyat, publié en 1967, que vous avez découvert en 1990 chez un bouquiniste ?

Iman Mersal  / Elle a terminé son roman en 1960, à l’âge de 23 ans. Elle avait été mariée, était devenue mère, avant de divorcer après être entrée en conflit avec son époux. Le ¬roman se déroule en 1951. C’est l’histoire d’une jeune femme de 18 ans, prénommée Nagla, dont le frère est mort. Elle veut sortir du deuil par le travail, l’amour, les amitiés. Ce n’est pas un grand roman, mais il a quelque chose de singulier. J’ai senti aussitôt, dans son écriture, une forme d’introspection, un ton personnel. La narratrice qui dis «-je » utilise cette voix intérieure. À la fin, intervient le coup d’État des officiers libres. C’est la révolution de 1952. Le ton change. Sur les dernières lignes, la narratrice qui dit que son amour est mort, qu’elle doit recommencer de nouveau, aperçoit des chars dans la rue. Le livre se termine par une phrase comme un slogan, du type : « L’aube se lève sur une époque nouvelle. » On est loin de la tonalité générale du livre. Quand il a été publié, quatre ans après le suicide d’Enayat, je me suis demandé si le nouvel éditeur n’avait pas modifié la fin pour donner un sens plus politique au roman. Autre chose : en 1958, il y avait eu l’unité entre l’Égypte et la Syrie puis, en 1961, la sécession de la Syrie. Nasser a conservé ce nom de République arabe unie pour désigner son pays. Sur le livre, à sa sortie en 1967, on retrouve cette appellation ne correspondant plus à rien.


Quel a été l’accueil de votre livre en Égypte ?

Iman Mersal  / Le livre s’est très bien vendu. Il y a eu de nouveaux tirages. Les critiques ont été nombreuses, les approches variées. On s’est demandé dans quel genre littéraire le classer. Il a été beaucoup lu par des lecteurs ordinaires, alors qu’il est d’un genre hybride auquel les gens ne sont pas habitués.


Iman Mersal, lauréate du prix Sheikh Zayed Book Award, en Littérature

La lauréate 2021, catégorie Littérature, est la romancière, poétesse et traductrice Iman Mersal, pour son livre Sur les traces d’Enayat Al-Zayyat publié par Al Kotob Khan Library en 2019 et publié en France par les éditions Actes Sud en avril 2021

A noter que 

Le Sheikh Zayed Book Award est l’un des Prix littéraires du monde arabe le plus prestigieux et le mieux doté

Sa principale mission est de promouvoir et rendre hommage aux intellectuels, chercheurs, autrices et auteurs, traducteurs, éditeurs et institutions qui ont apporté une contribution significative à la littérature, aux sciences sociales, à la culture et aux savoirs modernes liés au monde arabe.

Ces principales publications 


•    2013 : Hatta atakhalla `an fikrat al-buyut (Jusqu'à ce que j'abandonne l'idée de la maison), le Caire : Dar Sharqiyat, Beyrouth : Dar al-Tanwir.

•    2006 : Jughrafiya Badila (Alternative à la géographie). Le Caire : Dar Sharqiyat.

•    2004 : Mamarr mu'tim yasluh lita'allum al-raqs (Un corridor sombre adapté à l’apprentissage de la danse), deuxième édition, le Caire : Dar Sharqiyat.

•    1997 : al-Mashy Atwal Waqt Mumkin (Marche aussi longtemps que possible). Le Caire : Dar Sharqiyat.

•    1995 : Mamarr mu'tim yasluh lita'allum al-raqs (Un corridor sombre adapté à l’apprentissage de la danse), première édition. Le Caire : Dar Sharqiyat.

•    1990 : Ittisafat (Caractérisations). Le Caire : Dar al-Ghad.


C’était la rencontre culture avec la poétesse et romancière Iman Mersal


Beau parcours et belle signature bravo à vous



Recueil de notre correspondante – Amilya / B – Paris – France


You may also like

Laissez un commentaire

Le Magazine Des Femmes Du Monde

ARTICLE RÉCENT

contact

  1.  

Newsletter

L'actualité de horamagazine.com dans votre boite mail

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

@2022 – All Right Reserved. Designed and Developed by Hora magazine