Culture /Ahlam Mosteghanemi

par horamagazine

Est une femme de lettres algérienne de langue arabe Né à Tunis, et de retour en Algérie

Ahlam Mosteghanemi

Est une femme de lettres algérienne de langue arabe Né en exil le 13 avril 1953 à Tunis, et de retour en Algérie


Elle est l’aînée des enfants d’une famille engagée dans la lutte pour l’indépendance nationale algérienne. Son père, Mohamed El Cherif, se bat contre la présence française. Deux de ses frères ont perdu la vie lors d’une manifestation contre la puissance coloniale dans les années 1940. 

La famille doit se réfugier en Tunisie mais la jeune Ahlam grandit dans un milieu politisé, en contact avec le maquis algérien. 

C’est également un milieu cultivé, où auprès de son père, professeur de lettres, elle est en contact avec la littérature. 

De retour en Algérie en 1962, elle fait des études secondaires, avant de travailler pour la radio. Elle anime une émission, Hamsat, qui lui confère une certaine réputation littéraire. Son premier recueil de poésies paraît en 1973 sous le titre Ala Marfa’ Al Ayam (Au havre des jours). 

Ahlam est réuni pour Alger Georges Al Rassi, un journaliste libanais et historien avec une connaissance profonde de l'Algérie, qui se préparait au moment de la thèse les conflits d'arabisation et culturels Algérie indépendante. Les deux sont tombés amoureux et se sont mariés en 1976 Paris, où ils se sont déplacés. Ahlam a poursuivi ses études à Sorbonne, où, en 1982, a gagné une bourse d'études pour un doctorat en sociologie. Sa thèse a exploré les malentendus et les autres problèmes de l'égalité des sexes dans la société algérienne. Au cours de ca thèse été suivie par Jacques Berque, un éminent orientaliste, qui a écrit la préface de la thèse Ahlam (publiée en 1985 par harmattan sous le titre Algérie, Femmes et écriture, Algérie, des femmes et écrit). Au cours des quinze années passées dans la capitale française, l'écrivain a collaboré avec divers magazines et a commencé à écrire des fragments de ce quatre ans plus tard est devenu un roman. Ahlam a justifié ce changement de cap de la poésie à la prose, en disant : « Quand on perd un amour écrit un poème, quand on perd sa terre écrit un roman. » Algérie ne quitte jamais son esprit : « Il y a des pays où nous vivons et dans les pays qui vivent en nous. »

Soutient une thèse sous la direction de Jacques Berque. L’œuvre de cette écrivaine est populaire dans le monde arabophone, notamment au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Tunisie et aux Émirats Arabes Unis. 

Son livre Dhakirat al-jasad (Mémoires de la chair), est classé parmi les cents meilleurs romans arabes. Il a reçu le Prix Naguib Mahfouz et le Prix Nour de la meilleure œuvre féminine en langue arabe


En 2010, il a été publié Nessyan.com (L'art de l'oubli), la séparation manuelle dédiée aux femmes, ce qui a conduit Ahlam plus proche du public féminin.

En 2012 est venu le dernier roman de l'écrivain, El Aswad Yaliku Biki (Noir vous va bien), qui a confirmé son statut de l'un des plus grands et les plus influents écrivains femmes arabes. Les pourparlers d'histoire sur le défi d'un jeune professeur algérien dont le père, un chanteur, a été tué dans les années nonante par des terroristes opposés à toute forme d'art et de divertissement dans la société. La jeune fille, afin de résister au terrorisme, a décidé de poursuivre une carrière de chant. Il est alors contraint à l'exil, au cours de laquelle il rencontre un homme riche et mystérieux essayant de la séduire. L'histoire est au sujet de la capacité à faire face non seulement le terrorisme, mais aussi la puissance dévastatrice de l'argent et les médias. La sortie du roman a été un énorme événement littéraire qui a Ahlam à rejoindre le groupe Hachette, qui a acquis les droits de publier son œuvre dans le monde arabe

DEPUIS PLUS DE 35 ANS, LA CONTRIBUTION AHLAM A ENRICHI LA SCENE LITTERAIRE ARABE AVEC SON POETIQUE ET SENTIMENTALE TRAITEE. DE PLUS, A TRAVERS SES ECRITS, IL A MENE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION, L'INJUSTICE ET LES REGIMES TOTALITAIRES, L'INTEGRISME, DE NOUVELLES FORMES DE COLONISATION ET LE DENIGREMENT DES DROITS DES FEMMES. SES CITATIONS, LES DEUX THEMES GALANTES D'ARGUMENTS POLITIQUES, SONT LARGEMENT UTILISES DANS LE MONDE ARABE

UNE HORA PARMI TANT DE HORATH ALGERIENNES DANS LE MONDE


You may also like

Laissez un commentaire

Magazine Féminin Algérien Amazigh Maghrébin Africain Arabe International

ARTICLE RÉCENT

contact

  1.  

Rédaction

Abonnez-vous

 

Newsletter

L'actualité de horamagazine.com dans votre boite mail

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

@2022 – All Right Reserved. Designed and Developed by Hora magazine