FEMME HORA DU MOIS

par horamagazine

Sherine Abou Akleh / journaliste a al jazeera TV

UNE VOIX DE PAIX ETEINTE, VICTIME DE L’ABSURDITÉ HUMAINE

HOMMAGE A SHERINE ABOU AKLEH

 

Le 11 Mai 2022, une date qui a marqué l’histoire de la presse à l’échelle mondiale au-delà du drame israélo-palestinienne, avec cet évènement qui n’est guère de joie ou de fleur mais plutôt de sang, de cri et de larme. En cette date terrible, tomba en martyr, la journaliste de la chaine Al-DJAZEERA, Shirine Abou AKLEH, une femme de terrain, succombant à une blessure par balle réelle la touchant dans la tête, alors qu'elle couvrait un raid militaire israélien sur le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie occupée.

Immédiatement évacuée à l'hôpital dans un état incertain mais qu’a été déclarée morte d’ores. 

Qui était Sherine ABOU AKLEH

Sherine Abou Akleh est née le 3 janvier 1971 à Jérusalem dans une famille chrétienne ayant des racines à Bethléem. Diplômée de l'école des Sœurs du Rosaire à Beit Hanin à Jérusalem, elle a d'abord étudié l'architecture à l'Université des sciences et technologies de Jordanie, puis est passée à une majeure en journalisme et médias – une mineure en sciences politiques, et a obtenu un baccalauréat de l'Université de Yarmouk en Jordanie en 1991.   Après avoir obtenu son diplôme, elle est retournée en Palestine et a travaillé sur plusieurs chantiers tels que : UNRWA, RMC, Voice of Palestine Radio, Amman Satellite Channel, Moftah Foundation et Monte Carlo Radio. 

Elle a commencé son parcours de journaliste chez la chaîne satellite Al-Jazeera en 1997, pour couvrir tous les événements du conflit palestino-israélien jusqu'à son dernier souffle. Shirine a couvert les événements de l'Intifada palestinienne en 2000, l'invasion israélienne du camp de Jénine et de Tulkarem en 2002, et les divers raids et opérations militaires israéliens contre la bande de Gaza. Elle a été « la première journaliste arabe » à être admise à la prison d'Ashkelon en 2005, afin de mener des entretiens avec des prisonniers palestiniens condamnés à de longues peines de prison.

 

 

 

La mort Sherine ABOU AKLEH

Journaliste, et en tant que Femme

Shirine Abou Akleh, cette journaliste des plus émérites de la presse arabe, reporter et analyste, ses reportages en direct à la télévision et ses signaux vedettes étaient bien connus, et elle a inspiré de nombreux Palestiniens et autres Arabes à poursuivre une carrière dans le journalisme, telle l’avait expliqué par Lyse Doucet « elle était une inspiration pour toutes les générations », la correspondante principale internationale BBC. 

Pour une nouvelle génération de jeunes femmes arabes arrivées à maturité à l'époque – et qui sont aujourd'hui une force motrice du journalisme – elle était la première femme correspondante qu'elles voyaient sur leurs écrans de télévision.

Le monde de la presse arabe est affligé et encore choqué de la disparition impromptue de la journaliste, la femme martyre Shirine Abu Akleh, et est consterné face à ces violences insoutenables contre l'humanité en général et la presse en particulier. Qualifiant l’assassinat de sang-froid, et le meurtre flagrant de violation flagrante du droit international humanitaire et une atteinte à la liberté des médias et d’expression et au droit des peuples à accéder à l’information.

Un gilet pare-balles bleu portant l'inscription "PRESS" en lettres blanches et grasses, placé sur son cercueil en bois, était un rappel puissant et douloureux du prix énorme payé par les journalistes couvrant le conflit israélo-palestinien et de nombreuses autres guerres graves.

HORA rend hommage à Shirine ABOU AKLEH

Chagriné par la perte de Shirine Abou Akleh, HORA mag rend un hommage à la taille de la personne pour honorer sa mémoire, et se joint au média uni autour du même objectif : condamner cet acte odieux, ce crime abject commis pour faire taire la voix de l’information.

Hommage à Shirine, à la femme combattante, une femme Hora éteinte en martyre mais qui avait marqué l’histoire par son parcours imposant dans ce milieu où l’information devient une arme fatale.

Hommage à toutes les femmes combattantes, ces femmes Horath qui ont été victimes de guerres, de conflits armés en exerçant leurs nobles métiers.

Paix à son âme, Gloire à toutes les femmes Horath, ensemble pour un avenir meilleur et prospère où régnera la paix et la liberté et la liberté d’informer.

 

 

Un extrait du Petit Prince

 

Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes.

Pour les uns qui voyagent, les étoiles sont des guides, pour d’autres,

Elles ne sont rien que de petites lumières.

Pour d’autres qui sont savants, elles sont des problèmes.

Pour mon directeur, elles étaient de l’or.

Mais toutes ces étoiles-là se taisent.

Toi, tu auras des étoiles comme personne n’en a…

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles,

Puisque je rirai dans l’une d’elles,

Alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.

Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !

 

Antoine de Saint-Exupéry

 

 

 

L’Article de -Mme Hassina Takilt –REDACTRICE EN CHEF ADJOINT– HORA mag 

You may also like

Laissez un commentaire

Magazine Féminin Algérien Amazigh Maghrébin Africain Arabe International

ARTICLE RÉCENT

contact

  1.  

Rédaction

Abonnez-vous

 

Newsletter

L'actualité de horamagazine.com dans votre boite mail

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

@2022 – All Right Reserved. Designed and Developed by Hora magazine